Prendre soin de ses plantes de balcon en hiver

25 janvier 2018

La manutention du balcon n’est pas mon activité favorite et j’ai tendance à repousser le moment où je devrai préparer l’hivernage de mes plantes. Je m’encourage en pensant aux avantages lorsque tout sera rangé et paré pour affronter la saison froide: si l’on prépare bien son balcon, il aura vraiment besoin de peu de soins jusqu’au printemps, idée qui séduit la frileuse distraite que je suis.

Il existe de nombreuses ressources sur l’hivernage des plantes, ainsi mon but est plutôt de partager les quelques astuces glanées au cours des années qui m’on permis jusqu’à présent de limiter les pertes durant l’hiver. J’espère que cela pourra être utile à certains d’entre vous débutants comme moi qui ne savent pas par où commencer.

Sur mon balcon, je cultive beaucoup de plantes annuelles (celles qui meurent une fois la saison chaude passée). Par exemple les tomates ou le basilic. Les autres (les vivaces ou pérennes) vont ralentir leur croissance et parfois sembler mal en point mais sans mourir si on les prépare à l’hiver (verveine citronnelle, menthe, romarin).

J’ai divisé ce billet entre plantes annuelles et pérennes, entre celles qui seront rentrées et celles qui resteront dehors.

Les plantes de balcon en hiver

Plantes annuelles

Lorsque j’ai quelques heures de libres avant la fin de l’automne, je m’attaque au nettoyage des pots accueillant les plantes annuelles. Certains préfèrent laisser les plantes à moitié mortes en place jusqu’au printemps et s’en occuper quand revient la belle saison. Pour ma part je préfère avoir un balcon « propre » et facile à nettoyer durant l’hiver.

Je récolte les dernières feuilles d’aromatiques, taille les plants mal en point ou rabougris en plusieurs tronçons pour les jeter dans de grands sacs « déchets organiques » qui sont ramassés une fois par semaine par la mairie.

Si j’ai le temps, je nettoie déjà les pots vides afin de pouvoir les réutiliser immédiatement au printemps. je les brosse avec eau, savon puis quelques pshitt de vinaigre d’alcool avant de les faire sécher et de les entreposer la tête en bas.

Faut-il garder la terre des plantes annuelles?

les plantes, grâce à leurs racines, puisent dans la terre les nutriments nécessaires à leur croissance. Il faut donc régulièrement veiller à ce qu’elles trouvent dans la terre tout ce dont elles ont besoin.

Ainsi après plusieurs mois de croissance intense, le terreau des pots des plantes annuelles se retrouve appauvri. Mais cela ne signifie pas qu’il faut tout jeter! Je fais appel à mon bon sens:
pour les petits pots, je vide tout sans pitié
pour les bacs plus grands: si la plante déracinée n’a pas été malade je remue la terre restante et la laisse “en attente” jusqu’au printemps. Si la plante a développé ses racines à tel point qu’il reste peu de terre “réutilisable”, je jette ou du moins, je vide une partie. Si la plante a été malade, je préfère jeter la terre restante (je ne voudrais pas que la terre garde champignons ou parasites qui pourraient attaquer les nouvelles plantes au printemps).

Plantes vivaces ou pérennes

Avant, je rentrais une partie de mes plantes dans le salon pour l’hiver, ce qui n’est plus une option depuis que notre fils se balade librement dans la maison. Je prépare donc presque toutes mes plantes à l’hivernage dehors – mon balcon est couvert et orienté à l’ouest.

Plantes qui resteront sur le balcon

Les ennemis des plantes en hiver, ce sont le froid, le gel, le vent et l’excès d’humidité. Voici les recommendations que je suis et qui m’ont permis de limiter les pertes l’année dernière:

enlever les soucoupes de tous les pots. De cette façon, l’eau ne stagne pas au fond des pots – elle risquerait de geler les racines et de faire éclater le pot s’il est en céramique.

rapprocher les pots des murs. Afin de limiter l’exposition des plantes au vent.

surélever les pots. Cela permet d’éviter que l’eau ne stagne au fond des pots – encore! – et limite la morsure du gel qui arrive du sol. J’utilise des tasseaux de bois pour laisser libre le trou de drainage des pots.

utiliser le voile d’hivernage, autour des branches mais aussi du pot. Mon conseil est de bien le fixer en n’ayant pas peur de saucissonner la plante avec le voile à l’aide d’un fil de fer souple (j’utilise un fil gainé de vert, vous voyez lequel?). Le vent du nord qui souffle ici l’hiver m’a enseigné que ce ne sont pas de vains efforts.

limiter l’eau à presque zéro arrosage. Les plantes sont en repos végétatif, l’athmosphère est tout sauf sec et chaud, il n’est donc pas nécessaire d’arroser les plantes régulièrement. Les miennes se trouvent abritées de la pluie, donc une fois tous les quinze jours je vais voir comment elles vont sous le voile d’hivernage. Je choisis une belle journée de soleil. Et si vraiment je vois qu’elles ont soif, je leur verse un petit verre d’eau dans la terre, le matin afin qu’elles aient le temps de boire avant le retour du froid à la nuit tombée.

Plantes qui seront rentrées dans la maison

Les cactus et succulentes les plus fragiles ou les plantes tropicales que j’avais sorties à la saison chaude pour les fortifier.

Avant de les rentrer je veille à débarasser la terre et les feuilles de potentiels invités indésirables – les bébêtes ! La première étape est de bien vaporiser les feuilles, dessus et dessous, avec un mélange d’eau et de savon noir. Je prépare le même mélange dans une bassine dans laquelle j’immerge chaque pot. Je le laisse sécher un jour ou deux avant de rentrer définitivement le pot.

Pour en savoir plus sur la conservation des plantes grasses et succulentes en hiver, j’ai bien aimé cet article d’Esprit Laita.

Cette année, faute de place, la plupart de mes cactus et succulentes sont dehors, près d’un mur bien abrité dans une petite serre suédoise/chinoise et ils se portent plutôt bien. D’autres sont placés dans des cagettes surélevées dans un coin bien abrité, et couverts de voile d’hivernage. L’essentiel c’est qu’ils ne soient pas exposés à trop d’humidité !

succulentes en serre

Faire de la place dans la maison pour ses plantes

C’est l’une des limites principales à la transformation de mon intérieur et de mon balcon en jungle: la place !

En écho à l’article de Strawberries qui partage des idées pour gagner de la place pour ses plantes en intérieur, voici les quelques solutions que j’utilise ou ai utilisé dans le passé pour rentrer mes plantes de balcon en hiver. Rien de très révolutionnaire mais c’est toujours sympa de voir quelques photos de plantes !

Le classique haut de bibliothèque. Attention, il m’est souvent arrivé, dans une période de surmenage, de ne pas lever la tête et donc d’oublier les plantes !

rentrer ses plantes en hiver

L’étagère improvisée avec des cagettes du marché. Ces cagettes de Poires faisaient fureur dans mon quartier à l’époque, j’ai dû me lever tôt pour en récupérer !

Les devants de fenêtre bien lumineux sans soleil direct, ou les bords de lavabo – ça c’est quand j’habitais seule et que personne ne trouvait bizarre de partager la salle de bain avec des plantes 😉

***

Ah ce que ça m’a fait du bien de parler un peu de plantes au beau milieu de l’hiver !

En terminant ce billet j’ai réalisé quelque chose que je trouve important de préciser. Il est tout à fait possible d’avoir un balcon ou une terrasse intéressants toute l’année. Seulement voilà, le jardinage en hiver, ce n’est pas du tout mon truc – ou du moins pas à l’heure actuelle. En hiver j’aime jouir de la nature sans contraintes, pouvoir profiter du moindre rayon de soleil pour aller me balader ou dédier mon temps libre aux petits plaisirs simples « d’intérieur »: le temps de l’hiver est un temps d’introspection.

Je suis une fille au balcon à mi-temps et je crois que c’est bien comme ça. Et vous, ça vous parle cette idée?

Découvrez aussi

2 comments

Hélène-GOOD LIFE 101 25 janvier 2018 at 6:33

Ok je comprends mieux pourquoi notre basilic est mort d’un coup !!! Je ne savais pas qu’il faisait parti de la liste des plantes annuelles.
Et sur tes conseils je vais ralentir l’arrosage en hiver, j’ai tendance à garder le fameux réflexe terre sèche = manque d’eau alors que les besoins ne sont pas les mêmes en cette saison. Je réalise que je n’ai jamais vraiment pris le temps de me renseigner sur les bonnes pratiques du jardinage urbain…
Merci copine tu as sûrement sauvé quelques spécimens de notre loggia 🙂
xoxo

Reply
Aurelie 27 janvier 2018 at 2:14

Ahahah mais il te faut faire un bujo botanique pour écrire toutes les infos de tes plantes 😉 J’ai mis du temps à comprendre un peu l’histoire des plantes et de l’eau, c’est vrai qu’on a le réflexe arrosage alors que parfois c’est justement parce qu’elles ont trop d’eau que les feuilles des plantes brunissent. Ca enseigne à regarder vraiment le jardinage <3
Mon basilic en fin de saison commence à avoir des feuilles plus coriaces, ou monte en graine. Ce sont pour moi les premiers signes de la fin. Par contre j’ai vu que Anais de mon petit balcon le garde en intérieur en hiver, à tenter si Luna n’est pas trop curieuse et que ton chéri te laisse envahir la maison avec les plantes 🙂 ah mais en plus vous avez la loggia, fonce!!! xoxo

Reply

Leave a Comment