Conseils pour cultiver le basilic en pot

12 juin 2014

Cette année, mon premier essai de semis de basilic et salade en avril a échoué… J’avais testé la méthode des boites d’œuf, au grand dam de mon Italien qui a vu la cuisine envahie de boites en carton. J’ai donc recommencé, aidée par un temps plus clément. Attendre le bon moment des semis, c’est difficile pour moi, parfois je  piaffe d’impatiente, je sème comme une folle, mais ce n’est pas encore le moment et résultat, il fait trop froid ou bien je n’ai pas le temps de m’occuper correctement des semis sous abris, et donc c’est une catastrophe!

Cette fois, tout va bien. L’année dernière j’avais particulièrement bien réussi les semis, et avais appris quelques trucs grâce à mes magnifiques facultés d’observation:

 1. choix du pot

Le basilic a besoin d’être bien arrosé l’été, et il se porte mieux et est plus vigoureux dans les pots en plastique que dans les pots en terracotta. Les pots en plastique ou émaillés permettent de garder la terre plus humide.

2. patience

Pour moi qui suis toute la journée absente de la maison, mieux vaut attendre qu’il fasse plus chaud et semer directement dehors, en pot, plutôt que faire des semis sous abris dans la maison. En effet cela garantie une meilleures probabilités de succès, mère Nature travaillant avec nous ou plutôt, faisant la plus grande partie du travail! Bien sûr, cela signifie que nous sommes début juin et que je n’ai pas encore de belles feuilles pour parfumer mes salades, mais bon… En attendant j’ai acheté un basilic bio déjà grand dans son tout petit pot de supermarché et l’ai replanté pour qu’il soit bien à l’aise. Il se plait bien sur mon balcon.

 3. trucs en vrac

 – le basilic, il y en a plein! L’année dernière j’avais planté les variétés: classique Italien (Genovese), citron, violet et  cannelle. Résultat: mon Italien est tombé sur le basilic cannelle par hasard quand il préparait une sauce pour les pâtes, il ne s’y attendait pas et a trouvé son parfum bizarre, mais quel est donc cette plante?! Comment lui donner tort, il ne me convainc pas non plus. Donc out le basilic cannelle. Cette année j’ai planté diverses variétés: Genovese (dans un pot à part, « spécial cuisine » pour éviter les incidents diplomatiques), feuille de laitue,  violet, citron et une nouveauté, le basilic Thai Siam Queen. Ce sont les petites pousses en bas à gauche sur la seconde photo. Il me tarde de le goûter, et de préparer des plats Thai avec ce parfum mystérieux!

le basilic, en Italie, ils le plantes souvent directement en terre, à la volée. Donc j’ai fait pareil avec les graines qui me restaient. Après le semis, j’ai distribué le reste des graines un peu partout dans les pots de la terrasse. Je me suis sentie un peu prêtresse de la nature, j’ai bien aimé.

le basilic est mystérieux. C’est une plantes très anciennes qui arrive d’Asie en passant par l’Egypte. Elle est considérée par de nombreuses cultures comme une plante royale ou sacrée, souvent associée aux rituels des morts ou comme offrandes aux Dieux.

Je ne suis pas une pro du jardinage, mais quand on voit les résultat que peuvent apporter un sachet de graines, du bon terreau et un apport d’eau régulier, le basilic vaut vraiment le coup de se lancer. C’est une plante facile à faire pousser, belle, utile et parfumée, qui transporte immédiatement dans un univers lointain!

 

Découvrez aussi

1 comment

Leave a Comment