Vivre avec toi, maintenant

28 novembre 2013

Pierson_castiglione

La confusion m’assaille.

Quand je ne pense qu’à toi, que je ne peux pas penser à toi sans pleurer, ou quand je prends plaisir à me rappeler nos fous-rires à l’arrière de la voiture dans les longs trajets lors des dimanches pluvieux. J’aime penser à toi même si cela m’épuise, je te fais vivre encore.

Parfois je ne pense pas à toi. Je me lève, je pense à quelles chaussures je vais mettre, aux vacances. Je vis. Mais après j’ai peur, car tout d’un coup le doute m’assaille et je sens que dans toute cette normalité, il y a quelque chose de rampant, de sombre, et là je me le répète: tu n’es plus là. Et c’est comme si on me l’annonçait de nouveau.

Et ça fait plus mal encore quand j’avais oublié le temps d’un après-midi

Découvrez aussi

Leave a Comment