Soigner ses plantes malades: mes solutions naturelles

17 juillet 2017

L’été s’est installé et avec lui, le jardinage se fait intense. La chaleur, l’humidité et les conditions extrêmes sur le balcon rendent les plantes vulnérables aux attaques d’insectes et de maladies. Au printemps on s’était emballé devant des plantes aux feuilles bien vertes et dodues, et puis avec le temps, on remarque des pucerons sur les tiges, les feuilles noircissent ou portent de petits points blancs, et là on se retrouve à chercher frénétiquement sur internet des solutions naturelles pour soigner ses plantes.

Ce n’est pas ma période préférée, mais c’est celle qui m’en apprend beaucoup. S’occuper des plantes, c’est un peu comme la vie, avec des imprévus et de nouvelles choses à découvrir. Cette évidence me frappe à chaque fois que je me prends dans l’illusion que tout est sous contrôle.

Nous sommes rentrés de quelques jours de vacances et mes plantes se portent assez bien – grâce à mon beau-père qui est venu les arroser. J’ai préparé cet article pour vous présenter les solutions naturelles que j’utilise pour soigner mes plantes malades, ainsi que des ressources pour vous aider à identifier les soucis de vos petites copines vertes.

Plantes malades: l’importance de la prévention

Cela ne fait pas un pli, l’observation est le meilleur moyen d’éviter l’escalade des maladies et les psychodrames botaniques. Faire le tour du balcon le matin avec sa tasse de thé ou de café, se réserver un moment le soir après le travail pour enlever une fleur fanée, soulever les feuilles pour noter d’éventuelles petites bestioles, est essentiel. C’est d’ailleurs pour ce petit moment pour soi que l’on a des plantes à la base, non?

Ce petit tour de la propriété est d’autant plus important qu’au mois de juillet, le balcon est envahi par les plantes qui prennent de l’ampleur. Elles ont moins de place pour s’étaler, l’air passe moins bien entre les feuilles et les maladies se propagent plus facilement.

Agir rapidement est le moyen le plus efficace pour lutter contre les maladies des plantes, aucun insecticide ni décoction n’aura la même efficacité et disons-le franchement, c’est beaucoup plus contraignant de devoir traiter ses plantes plutôt que de supprimer quelques feuilles ou quelques insectes à la main, lorsque le problème ne s’est pas étalé.

Etre un jardinier, c’est aussi apprendre à partager

Prendre soin de ses plantes, c’est aussi apprendre à observer la nature et à choisir ses batailles. C’est quelque chose que je commence à intégrer dans mon approche du jardinage. Il y a quelques années je dégainais les insecticides à la moindre feuille rongée. Aujourd’hui j’apprends à partager mes plantes avec les autres compostants de la nature – dans la mesure du raisonnable bien entendu. Quelques feuilles de salades auront été grignotée? Cela ne la rend pas moins bonne, et je suis contente qu’un petit insecte ait pu en profiter aussi. J’apprends ainsi à noter les traces laissées par insectes utiles, ceux qui prendront juste ce qui leur est nécessaire, et les vrais nuisibles qui risquent de tuer la plante.

Ce n’est pas une approche très facile lorsqu’on est débutant comme moi, car il faut apprendre à bien observer, et à lâcher prise ce qui n’est pas mon fort. Mais la bonne nouvelles est que je progresse: jusqu’à présent, cette année, toutes mes plantes se sont à peu près bien portées (à part ma lavande qui a été dévorée par les pucerons en quelques jours), et j’ai réussis à maintenir l’équilibre sans devenir folle avec mon spray anti-pucerons.

Identifier les maladies des plantes

Le balcon, pour les plantes, est un environnement extrême: soumises au vent, à la chaleur, elles ont peu de terre à disposition et ne bénéficient pas d’un écosystème « complet » comme au jardin. J’ai noté que sur le balcon j’ai souvent plus de plantes malades que dans le potager de mes beaux-parents.

Les maladies des plantes peuvent se diviser en deux grandes catégories: les insectes (pucerons et compagnie), et les champignons (mildiou etc). Pour les reconnaitre, j’utilise souvent ce site ou celui-ci. Soyez prévenus, il y a de gros plans d’insectes.

Choisir ses solutions naturelles pour traiter les plantes malades

Mon exigence? Que les préparations soient :

  • Naturelles (pour pouvoir utiliser les herbes en cuisine)
  • Faciles à faire (pas de quête d’ingrédients secrets à droite à gauche j’ai pas le temps !)
  • Economiques (parce que oui)
  • Respectueuses de l’environnement (qu’elles ne fassent de mal ni aux insectes gentils (abeilles et coccinelles)

J’ai deux recettes chouchou: un anti-pucerons, et un fongicide. J’espère qu’elles pourront vous être utiles:

***

Sur le balcon comme dans la vie je teste, j’expérimente et j’essaie de faire de mon mieux. Parfois je parviens à sauver une petite plante malade, parfois il est trop tard, j’ai appris aussi à accepter que tout n’est pas sous contrôle. Je suis tout de même toujours émerveillée de voir à quel point de simples plantes, comme l’ail, l’ortie, etc, peuvent être transformées pour guérir les autres. Ces recettes naturelles sont utilisées depuis toujours et elles ont fait leur preuves, elles sont aussi presque gratuites, c’est quand même un sacré héritage vous ne trouvez pas? 

Et vous, avez-vous d’autres recettes naturelles pour soigner les plantes malades?

Découvrez aussi

Leave a Comment