Un potager sur mon balcon en Italie

1 juin 2017

Depuis que j’ai à disposition un espace extérieur – le mini balcon de ma mansarde à Milan, et maintenant la terrasse de notre appartement dans le Piémont – j’y cultive des plantes. Ouvrir les volets le matin et faire le tour des jardinières avec ma tasse de thé est mon moment à moi, un de mes préférés. Ce moment de solitude et de calme est d’autant plus important aujourd’hui que mon petit garçon absorbe ensuite toute mon attention.

Par goût et dans un souci d’utiliser au mieux l’espace, je privilégie les plantes faciles d’entretien et utiles – aromatiques, officinales, comestibles. Cette année, j’avais décidé de réduire les plantes au minimum pour éviter que notre mini Godzilla ne soit tenté par toutes les belles fleurs et feuilles à portée de ses petites mains.

Et puis, avec le retour du soleil est arrivé ce besoin instinctif et primordial de regarder pousser les plantes. Faisant fi de toutes mes résolutions je me suis carrément lancée dans la création d’un petit potager. Cela n’était pas du tout prévu, et je  vais vous expliquer pourquoi je tente. Peut-etre que cela vous inspirera aussi 🙂

Un petit potager sur mon balcon: pourquoi je tente

Plusieurs facteurs ont joué dans ma décision d’installer un mini potager chez moi

  • le timing

Les mois de mars et avril servent ici à semer et installer les plantes qui donneront des fruits au printemps-été. En travaillant loin de chez moi je ratais toujours le coche car je disposais de très peu de temps le soir et le week-end pour jardiner. J’étais complètement déconnectée des saisons et du rythme de la terre. Je crois que tous ceux qui travaillent à plein temps peuvent se reconnaître dans ce constat amer. Cette année les températures ont été tellement basses que tout le monde installe son potager maintenant, et je dispose de plus de temps. Moi qui étais toujours un peu en retard et à la ramasse, cette année je suis à l’heure. Tentant…

  • l’environnement

J’habite dans une petite ville de campagne où tout le monde ou presque a un potager. En conséquence les étals du marché débordent littéralement de petites plantes potagères qui ne coûtent rien. C’est une bonne alternative si comme moi on n’a pas fait de semis – ou bien s’ils n’ont pas bien pris. Comment résister aux mini-salades en balconnière je vous le demande…

  • les sentiments

Au marché je suis tombée sur l’étal d’une coopérative qui aide les enfants et adolescents ayant des problèmes moteurs à travers le jardinage et le contact avec la nature. En plus, ils proposent des plantes un peu différentes – comme le basilic Siam Queen ou le Calendula. La thérapie du jardinage – Ortoterapia en italien – est une idée qui se diffuse bien en Italie, pays attaché à la terre d’où est parti le mouvement Slow Food. Ils ont des serres que l’on peut visiter, ça vous intéresse une visite virtuelle?

  • la vie

Tout simplement. Je suis tombée il y a deux semaines sur une citation sur internet qui disait en gros « Vos enfants ne sont pas l’excuse, ils sont la raison ». C’est intéressant comme une petite phrase diffusée par un inconnu peut toucher le point sensible lorsqu’elle est lue au bon moment. Moi qui pensais que mon enfant serait un élément perturbateur dans le calme de mon mini-jardin, j’ai réalisé qu’en fait, mon enfant aujourd’hui c’est ma vie. En attendant qu’ils soit plus grand pour faire les choses qui me font sentir bien, je perdrais une occasion de partager avec lui mon amour et ma curiosité pour les plantes. Je ne peux pas tout contrôler, tout décider. Ça en enseigne des choses le jardin, vous ne trouvez-pas?

Petit tour du potager

Voici donc ce que j’ai installé sur le balcon. Cela s’est fait en plusieurs fois, les premières plantes sont arrivées presque en s’excusant, et puis en mai je me suis lâchée et j’ai installé et semé à tout vent.

Romarin et lavande officinale. J’ai installé les pots dans les coins car le but premier était d’éviter à notre petit de lancer des objets par l’espace entre le mur et la colonne – donc à la base on avait besoin d’un bouche-trou, pas de plantes 😉

Malgré les bons soins de E. qui adore arracher les bourgeons, quelques fleurs survivent et commencent à éclore <3

Les deux plants achetés à la coopérative des jeunes handicapés. Le packaging en kraft est tout joli je trouve.

J’ai installé deux pieds de menthe ensemble dans une jardinière: menthe citron et menthe nana. La menthe a tendance à être envahissante, de cette façon je la tiens à l’oeil.

La première fleur de Calendula. Les jeunes feuilles et les fleurs sont comestibles, mais elle est bien trop jolie pour que je la coupe.

Les premiers semis de roquette sauvage et roquette cultivée, très faciles dans une jardinière.

J’ai installé les pieds de tomates cerises dans des bacs assez profonds, avec le basilic: basilic Genovese et basilic Grec. Retrouvez mes conseils pour faire pousser du basilic.

Les petites fleurs de tomate qui promettent des fruits. Les fleurs qui étaient sur le plant lorsque je les ai achetés son presque toutes tombées. Après un moment de panique j’ai compris que c’est simplement parce qu’elles n’ont pas eu le temps d’être polinisées. Donc les prochaines fleurs devraient donner des fruits car elles auront le temps d’être visitées par les abeilles 🙂

Et puis un matin lors de mon tour d’inspection j’ai découvert ça…

Une toute petite, toute délicate, tomate cerise. Mon coeur s’est rempli d’une joie sincère et enfantine. Je me suis sentie connectée à la nature comme jamais. Cela vaut le coup d’essayer, vous ne trouvez-pas?

***

Bien entendu mes quatre pieds de tomates cerise ne me porteront pas vers l’autosuffisance. Mon but est avant tout de regarder les plantes pousser, prendre le temps de bien vivre, m’émerveiller devant le miracle de la nature et partager cela avec mon enfant. Je croise les doigts pour que tout ce petit monde pousse <3

Vous faites pousser quoi, sur votre balcon ou votre rebord de fenêtre, vous?

Découvrez aussi

4 comments

Dame Oiselle de papier 2 juin 2017 at 8:33

Il a l’air si beau ton balcon 🙂

Reply
Aurelie 2 juin 2017 at 11:56

Merci 🙂 oui il est bien plus spacieux que mon mini balcon milanais! Mais le tiens aussi a l’air chouette avec les petites tomates 🙂

Reply
Saucisse de Colza 7 juin 2017 at 9:14

Comme je comprends ce besoin de faire pousser, et ce plaisir de sortir le matin, mug à la main (de café pour moi) pour observer dès les premiers rayons du soleil la nature prendre son essor. ♥

C’est devenu mon petit rituel bien-être du matin. Et comme toi, quand je découvre une nouvelle pousse, une nouvelle fleur ou un nouveau fruit… Je m’emplis d’une joie enfantine et délicieuse.

Ton balcon est magnifique ! 🙂

Reply
Aurelie 7 juin 2017 at 10:27

Merci Laetitia pour ce partage, c’est vrai qu’en retrouvant la nature, on se retrouve aussi… Mon balcon est chouette mais je ne fais pas de photo au coin « tri des déchets » qui n’est pas si inspirant 😉 J’ai découvert ton blog à travers l’article sur la cannelle sur les tomates et j’adore la façon dont tu partages tes aventures, un enthousiasme communicatif! Bon mois de Juin au jardin, et à bientôt chez ton chez-toi ou mon chez-moi virtuels

Reply

Leave a Comment