La Voleuse de Fraises

2 mai 2014

Tous les matins je me rends au bureau en prenant le train qui part de l’aéroport. Au pied d’un des murs que je longe, abrités des pluies et un peu à l’ombre, poussent de jolis plants de fraises. Passer près de ces plantes est pour moi une joie simple quotidienne. Au milieu d’un paysage efficace et bétonné, la nature a trouvé un chemin, et tous les jours les plantes grandissent un peu.

Fraises vs béton

Parfois je me demande: qui a bien pu les planter là ? Un vieux technicien qui voulait donner une dernière chance à un paquet de graines oublié au fond d’un tiroir ? Ou bien ces fraisiers sont le fruit du hasard, des restes d’une salade de fruits jetés au pied du mur ? Le résultat et juste un joyeux cadeau parfumé.

Ces derniers jours, ils commençaient timidement à ouvrir leurs pétales. Certains se risquaient même à ébaucher le début d’un fruit. Puis un soir en passant le long du mur, une hécatombe. La maintenance des espaces verts a complètement fauché les fraisiers et leurs petites fleurs blanches ! Tout de même c’était dommage, elles ne faisaient de mal à personne et les plantes sont tout de même plus agréables que les vieux cailloux!

Quelques jours plus tard, je notais que certains pieds résistaient et montraient encore quelques fleurs. Des Highlanders de la fraise. Aussi j’ai pris un stylo, une sac en plastique, et en ai déraciné quelques-uns. Ils sont maintenant à l’abri des jardiniers fous qui veulent leur couper la tête.

Mon Italien a commenté laconiquement : il a bien compris que lutter contre l’invasion des pots sur le balcon est peine perdue.

Mon nom est Aurélie, voleuse de fraises pour la bonne cause.

Découvrez aussi

Leave a Comment