La fièvre du désabonnement

30 octobre 2014

Jusqu’à mercredi dernier, un matin comme les autres, ma boite de réception indiquait des douzaines de nouveaux messages.

unsubrscibing spreeIls pouvaient être classés dans une de ces catégories (liste non exhaustive)

  • Information qui appelle une action (répondre, archiver) : mails de la part de personnes que je connais, ou mails de la part d’une entreprise ou d’une administration
  • Information périmée: alertes de nouvelles annonces d’emploi paramétrées sur un profil qui ne me correspond plus.
  • Information “Double”: alerte des réseaux sociaux m’informant sur qui a vu mon profil, ou de qui souhaite se connecter… Je peux tout aussi bien accéder à ces infos lorsque je me connecte au réseau en question, pas besoin d’un email en plus.
  • Information affective: Newsletter du centre de plongée de Playa del Carmen où j’ai pris des leçons (en 2010). J’aime reconnaitre le nom du centre dans ma boite de réception, cela me rappelle mon super voyage au Mexique. Est-ce que c’est la meilleure façon de faire revivre le souvenir ? Pas sûr.
  • Information dangereuses: newsletter de marques communiquant sur leurs nouveautés. J’apprécie de suivre des marques créatives et artistiques pour m’inspirer, parce qu’elles font un beau travail visuel par exemple. Malheureusement la plupart du temps le message principal de ces news est que je n’ai pas encore acheté ces nouvelles choses et que ma vie serait tellement mieux/plus si je les avais. Ces infos ne me font sentir ni heureuse, ni contente, ni inspirée. Elles doivent disparaitre.
  • Information inutile: comme la newsletter de la boutique en ligne où j’ai acheté mes pneus. Qui a besoin d’information régulièrement sur quelque chose qu’on achète une fois tous les deux ans ?

De tous ces « inputs », les seules informations importantes pour moi étaient celles contenues dans la première catégorie. Donc après avoir téléchargé les mails, je me livrais à ma routine de suppression: en reconnaissant l’expéditeur, je pouvais être certaine que le message ne contenait aucune information importante, et pouvais donc tranquillement le supprimer sans même l’ouvrir.

Jusqu’à mercredi dernier. Lorsque j’ai réalisé que je devais faire un effort supplémentaire pour ne pas rater un message important au milieu de tous ces mots sans valeurs et ces objets séduisants. Parce qu’avant de supprimer ces mails je lisais leurs objets, et une partie de ces informations inutiles arrivaient à atteindre mon cerveau tout de même.

J’ai commencé à réfléchir à ma façon de procéder. Pourquoi est-ce que je recevais et traitais passivement toutes ces informations dont je n’avais pas besoin ? Pourquoi est-ce que je consacrais mon temps, tous les jours, plusieurs fois par jour, pour supprimer une information inutile alors que je pouvais tout aussi bien faire en sorte de ne plus les recevoir du tout ? Après tout, lorsque j’ai besoin d’infos sur un sujet en particulier, je fais des recherches et trouve ce dont j’ai besoin au moment opportun. Que ce soit un nouveau manteau, un guide sur la culture des carottes ou la meilleure offre de pneus. En cherchant activement les informations ou en me connectant à un site spécifique au moment opportun pour moi, je ne dépends pas passivement de la demande ou du timing des autres. Je choisis, je gère mon temps, je garde ma concentration.

Les informations reçues au mauvais moment ne sont pas des informations, ce sont juste des mots en désordre. Et je ne veux pas dédier de mon temps précieux au désordre inutile.

La fièvre du désabonnement s’est emparée de moi.

J’ai lu qu’il existe plusieurs outils qui permettent d’automatiser le désabonnement pour différents systèmes de gestion des emails. Mais de la même façon que j’aime ranger et organiser mes affaires et mes idées, j’aime faire le sale boulot moi-même.

J’ai pris mon temps et un par un, je me suis désabonnée de tous les services et newsletters que je recevais. Parfois cela impliquait de devoir se connecter à un site internet que je n’avais pas visité depuis des mois. Au lieu de me faire gagner par un grand sentiment de flemme face au formulaire « j’ai oublié mon mot de passe » , cette fois, je l’ai rempli, j’ai suivi le lien et ai changé (et noté dans un beau tableau) tous mes mots de passe. Oui ma vie est parfois totalement fascinante.

Le lendemain, alors que dans un état semi-conscient sur le train de 8h je me livrais à une visite rapide de ma boite de réception, quelque chose était différent: je n’avais pas de nouveau message. Comme on ne peut pas décemment me demander de me souvenir de quoi que ce soit avant le café, pendant 30 secondes j’avais oublié ma folle activité de désabonnement de la veille. Au début, ça m’a prise de court : d’habitude je devais toujours faire un effort pour identifier les mails importants et ensuite supprimer les autres donc j’étais un peu désorientée. Maintenant je me suis habituée à ma boite mail quasi vide et lorsque je reçois un message, normalement c’est quelque chose d’important ou qui correspond à mes besoins du moment. Sinon, je me désabonne automatiquement.

C’est vraiment un bonheur de ne plus avoir à effectuer cette corvée (que je m’étais créée toute seule !). Je me sens plus légère et au la sensation que je ne laisse passer que l’information que je choisis, ma boite de réception est bien rangée, et après quelque jours sans visite elle ne risque plus d’être envahie.

D’un autre coté, en supprimant le fouillis il reste peu: j’ai réalisé que je reçois bien moins de mails d’amis et famille qu’avant (maintenant on utilise tous les messageries instantanées) et que moi-même je n’écris Presque plus de mails ou de lettres. Mais cela, c’est une autre histoire.

Si de votre côté vous avez des conseils sur la gestion de votre boite de réception, n’hésitez-pas à les partager. Je trouve que c’est un des moyens simples, rapides et gratuit pour simplifier sa vie immédiatement!

Découvrez aussi

Leave a Comment