Faire le vide

18 avril 2014

En ce moment je me sens en veine de ménage et de vide.

Quand j’ai emménagé chez mon Italien l’année dernière, je n’étais pas prête à faire cela – ou plutôt, je n’y avais pas pensé, et même, jamais pensé auparavant: mes affaires étaient mes affaires, ma vie que je portais avec moi, mes souvenirs, mes livres, mes chaussures adorées. Les dizaines de déménagements des années précédentes ne m’avaient pas servi de leçon. J’ai été une Bag Lady. C’est un truc de famille.

Je recherche la sérénité. Pour cela j’ai besoin de Lumière et d’espace. Je veux que mon regard porte loin, et aussi, sentir assez de calme autour de moi pour, doucement, tourner mon regard vers l’intérieur de mon âme.

Si ma vie était bouleversée encore une fois, au regard de l’univers que l’on touche du cœur dans les moments de lucidité, est-ce que ces choses auraient un sens ? Témoigneraient-elles de qui je suis, de ce que j’ai aimé ? Leur perte serait-elle un traumatisme ? Ces derniers mois, j’ai compris que tout cela n’apportait pas de valeur à ma vie.

Je choisis d’aller me promener plutôt que de dépoussiérer de jolis bibelots.

Je choisis que la petite pièce de l’appartement soit accueillante et versatile (chambre d’amis, studio) plutôt qu’une remise encombrée de linge à repasser et de boites à chaussures en haut des étagères.

Je choisis de libérer les livres déjà lus, ou ceux que je ne lirai pas, et qui ne sont pas pour moi des keepers absolus.

Je choisis d’ouvrir mon armoire et de ne voir que des vêtements que j’aime et que je porte, qui correspondent à mon style de vie.

Je choisis de faire de la place. Je choisis l’expérience contre la possession.

Tout simplement, et naturellement je me libère des choses qui ne me servent plus.

Découvrez aussi

1 comment

Leave a Comment