Cultiver le galanga sur son balcon

18 décembre 2014

how to grow galangal

Une de mes activités favorites quand je fais les courses dans un supermarché bio est de chercher des trucs que je pourrais mettre en terre et faire pousser.

C’est une façon de m’imaginer à la place des premiers hommes et femmes qui ont commencé à gouter, récolter, bouillir, cuisiner les plantes autour d’eux. Lorsque je me trouve nez à nez avec une carotte, je me demande souvent qui a été le premier à se dire « tiens, je vais gouter à cette racine voir si elle est comestible » ; ou bien « bon, aujourd’hui, je vais essayer de replanter ces rhizomes voir s’ils repoussent ». Ne trouvez-vous pas que cet esprit de découverte chez les êtres vivants est merveilleux?

Faire pousser des choses, c’est aussi un peu comme le cours de sciences à l’école et nos fameux travaux pratiques. Mon champ d’action étant limité à un balcon, je dois contenir mon enthousiasme et me limite donc aux plantes bizarres ou exotiques. Ma dernière expérience de l’été 2014 a été le galanga.

Le galanga (ou galangal) est un rhizome de plantes appartenant à la famille du gingembre, Zingiberaceae. Il ressemble assez au gingembre, mais a un gout différent (avec de fortes notes de citron, mmmm). Un article de the Kitchn montre les deux variétés et leurs différences. Dès que j’ai repéré cette « nouveauté » au supermarché j’ai voulu essayer de le faire pousser.

Cultiver le galanga: comment j’ai procédé + quelques conseils

  • Utiliser des rhizomes bio (non traités) afin qu’ils germent, et les choisir avec des « yeux » d’où partiront les racines.
  • La terre doit être humide et bien drainée
  • Les rhizomes doivent être placés assez près de la surface du sol (genre leur hauteur) et à l’horizontale (car c’est comme ça qu’ils se développent, horizontalement)
  •  On peut favoriser le développement des racines en plaçant le rhizome dans l’eau pendant quelques jours. Je ne l’ai pas fait car j’ai lu ce conseil plus tard. Mon expérience a quand même fonctionné, mais j’ai attendu un mois avant que les rhizomes montrent signe de vie (chaque fois que j’arrosais les plantes, je me demandais si je devais continuer d’arroser cette triste boite en plastique pleine de terre. Je suis contente d’avoir persévéré !). La prochaine fois j’essaierai les deux méthodes pour voir la différence.

Pour ne pas trop encombrer le balcon, j’ai décidé de commencer en utilisant une barquette en plastique récupérée. Et j’ai bien fait, car pendant un mois, rien ne s’est passé! Après une longue période de calme les feuilles ont montré le bout de leur nez et se sont développées très rapidement, et j’ai dû placer la plante dans un grand pot. Je trouve la plante de galanga très belle et décorative, avec le beau vert vibrant de ses larges feuilles, mon expérience a été un succès !

grow galangal balconyQue faire avec le galanga

Sous des cieux plus cléments le galanga est une plante pérenne (si on en a besoin pour la cuisine ou autre, il suffit de déraciner un bout de plante et couper le morceau nécessaire) mais en Italie du Nord il fait trop froid, et je n’ai pas de place pour faire hiverner les plantes. Alors quand les températures ont chuté j’ai déraciné la plante, et ai récolté les petit rhizomes qui avaient commencé à se développer. Trop mignons… Je vais les utiliser en infusion et garder une partie coupée en fine rondelles dans le congélateur, pour ajouter une touche exotique à mes légumes 🙂

***

C’est la première fois que je tente de faire cultiver du galanga, et je vais recommencer l’année prochaine (plus tôt dans la saison, pour avoir de plus gros rhizomes). Donc si vous avez des conseils à partager, je suis preneuse !

Découvrez aussi

Leave a Comment