Certaines choses ne peuvent pas être enseignées, elle peuvent seulement être apprises

9 juin 2014

Instinctivement je le savais. Moi, la dévoreuse de livres, qui vit les sentiments par procuration bien installée dans mon fauteuil, tout près de la bibliothèque. La voyageuse qui n’aime pas particulièrement la promiscuité et la chaleur humide. L’âme gentille qui dit bonjour, merci, au revoir Madame. La première de la classe. Dans mes lectures ou mes intuitions, je sentais qu’il y avait quelque chose derrière ces mots, ces émotions, je les observais timidement mais ne les traversais pas, j’étais comme étrangère. Il me manquait la clé.

Car certaines choses ne peuvent pas être enseignées, elle peuvent seulement être apprises. Et je suis en train de traverser la plus grande transformation de ma vie. Je suis passée de l’autre côté du miroir et tout ce qui n’a pas trait au sens de la vie, à la beauté de l’Univers, aux sentiments d’amour pour mes proches et les êtres vivants, ne m’intéresse pas. Je vibre au rythme de la Terre et vomis mes peurs les plus noires. J’ai un besoin impérieux de trouver un exutoire créatif, d’agir dans le monde. Je pense, je respire, je souris, et tout cela doit bien avoir un sens. Je me sens présente, comme jamais auparavant. Je suis reconnaissante d’avoir reçu cette prise de conscience, et suis heureuse d’entreprendre ce cheminement pour réaliser mon potentiel. J’abandonne mes masques. Saluons donc le rôle de la première de la classe, qui a été bien gentil le temps que cela a duré. Personne ne me connait, je me connais très peu. Ce que je vais découvrir le long du chemin doit encore être écrit. Je n’ai jamais été aussi enthousiaste et confiante.

Découvrez aussi

Leave a Comment